Comment indexer son site sur Google en 9 étapes simples ?

Tu as beau écrire le meilleur contenu du monde, s’il n’est pas indexé, il n’apparaîtra pas dans les moteurs de recherche. Si tu souhaites te placer en haut des résultats de recherche. Tu es au bon endroit.

Mais heureusement ! Ce n’est pas si difficile à mettre en place. Je te propose 9 étapes simples pour indexer ton site sur Google.

On va parler de maillage interne, de l’utilisation de la Google Search Console et de la promotion de ta page.

Étapes pour une indexation efficace

1. Demander d’indexation via l’inspection de l’URL de la Google Search Console

Dans la Google Search Console, tu peux utiliser l’outil d’inspection d’URL pour demander une nouvelle indexation chaque fois que tu publies une page ou que tu mets à jour un contenu important.

Tu dois saisir ton URL dans l’encart rouge et l’outil te dira si ta page est indexée ou non, le cas échéant, tu pourras la soumettre à Google.

2. Créer un fichier sitemap.xml et l’ajouter à la Google Search Console

Un fichier sitemap.xml facilite la tâche des Google bots, on leur donne directement une liste d’URL à crawler. Sur WordPress, les plugins « RankMath » et « Yoast SEO » créer par défaut un sitemap.xml avec comme URL : https://monsite.com/sitemap_index.xml

Il te suffit d’aller dans l’onglet « Sitemaps » et d’ajouter le sitemap.

Si tu utilises un autre CMS, fais une recherche sur Google avec comme requête « mon CMS + sitemap » pour trouver des ressources sur quelle est l’URL à envoyer.

3. Vérifier les balises noindex

Vérifie que tu n’as pas mis de balises noindex par erreur ou par un plugin sur les pages que tu veux voir apparaître dans les recherches.

Ces balises donnent une indication stricte aux robots en disant « je ne veux pas voir cette page dans ton moteur de recherche »

Tu peux trouver l’information depuis l’onglet « Pages » de la GSC comme dans l’image ci-dessous :

4. Surveiller les balises canoniques

Utilise les balises canoniques pour indiquer à Google quelle version d’une page est préférée si tu as du contenu similaire ou dupliqué, comme par exemple les variantes de couleurs d’un produit e-commerce. 

Cela évite le « duplicate content » et assure que le bon contenu est indexé.

Tu peux trouver tes URL en « canonical » dans l’onglet « Pages » de la GSC :

5. Ajuster le fichier robots.txt

Le fichier robots.txt peut bloquer une partie ou même l’entièreté d’un site aux crawlers comme le Google bot.

Tu peux le trouver sur « monsite.com/robots.txt » s’il est configuré. Sinon, les plugins comme RankMath et Yoast SEO permettent de les créer.

Un robots.txt ressemble à ça :

User-Agent : permet d’indiquer à quel crawler on s’adresse. Dans notre cas, nous avons ajouté une « * » pour donner les directives à tous les robots.

Disallow: permet de bloquer l’accès à une portion du site. Ici, toutes les URLs commençant par « /wp-admin/ » sont inaccessibles. Si l’on écrit « Disallow: / », tout le site est inaccessible.

Allow: permet de donner des exceptions à la règle « Disallow »

Sitemap : on indique l’URL de notre sitemap.xml pour que les différents crawlers puissent facilement le trouver.

Si tu as des doutes sur ton robot.txt, sache que le plus important est de vérifier les lignes Disallow et de n’avoir aucune page ou rubrique importante du site inscrite en face de cette commande.

J’achète le e-book "Le SEO depuis zéro"
J’achète le e-book "Le SEO depuis zéro"

6. Mettre en place du maillage interne

Les liens internes permettent de renforcer l’importance d’une page. 

Les pages orphelines seront considérées comme moins pertinentes par les moteurs de recherche qu’une page correctement maillée. 

On peut vérifier le nombre de liens internes que reçoit une page avec un outil comme « Screaming Frog » en allant dans l’onglet « Liens entrants » et en voyant le compteur en bas à droite. (Attention aux liens comptés en doublon aux les liens avec une autoréférence par l’outil).

Pour créer du lien, n’hésite pas à placer tes pages essentielles dans ton menu et ton footer.

Pour les URL plus profondes, tu peux créer des liens directement dans tes contenus.

L’objectif est d’avoir au minimum 10 liens internes sur chacune de tes pages devant être indexées.

7. Utiliser un plan de site HTML

Attention, un plan de site HTML n’est pas un sitemap.xml. Il s’agit d’une page web sur ton site listant les URL que tu souhaites mettre en avant pour les moteurs de recherche et les utilisateurs.

Le plan de site HTML peut être généré automatiquement via un plugin comme RankMath. Il permet de créer facilement des liens internes entre tes pages. Attention, je te recommande d’avoir 40 pages maximum listées.

8. Obtenir des liens externes

Plus tu as de backlinks sur tes pages, plus Google considère ton contenu comme pertinent et digne d’être indexé rapidement.

N’hésite pas à mettre en place des stratégies comme le guest posting ou du ninja linking sur tes nouvelles pages pour accélérer l’indexation.

9. Partager sur les réseaux sociaux

Partager ton contenu sur les réseaux sociaux attire l’attention des robots de Google.

Suivre son indexation

Utiliser Google Search Console pour le suivi

Non seulement cet outil t’aide à soumettre tes URL à Google, mais il permet de surveiller comment Google voit ton site. Tu peux y détecter des erreurs d’exploration, des URL non indexées, et même des problèmes de sécurité.

Dans l’onglet « Pages », tu as la possibilité de voir toutes les pages indexées via le bouton « Afficher les données concernant les pages indexées ».

Utiliser la commande « site:example.com » sur Google

Moins fiable que la méthode précédente, elle a le mérite de fonctionner pour n’importe quel site. Ça te permet par exemple d’analyser les concurrents SEO.

Il te suffit d’aller sur Google et de taper la requête « site:monsite.com » comme dans l’image ci-dessous :

Dans l’encart rouge, tu trouveras le nombre de pages du site, et les pages indexées listées dessous.

Comprendre l’indexation par Google

Le rôle des robots d’exploration

Les robots de Google ont une seule mission : parcourir le web pour dénicher, analyser, et indexer les nouvelles pages web. 

On peut les nommer comme des « Cartographieurs du web ». Pour que ton site soit visible dans les résultats de recherche, il doit être exploré et indexé par ces robots. Et c’est pour ça qu’il est important de suivre chaque étape écrite dans cet article pour maximiser les chances d’être trouvé.

Le budget crawl et ses critères

Le budget de crawl, c’est le temps et les ressources que Google est prêt à consacrer à l’exploration de ton site. 

Plusieurs facteurs influencent ce budget : la rapidité de ton serveur, le nombre de tes pages, la fréquence des mises à jour, et surtout, la qualité de ton contenu. Google n’investit pas dans ce qu’il considère comme de faible valeur. 

Pour augmenter ton budget de crawl, assure-toi que chaque page de ton site vaut le détour : contenu pertinent, mise à jour régulière, et bonne performance technique.

J’achète le e-book "Le SEO depuis zéro"
J’achète le e-book "Le SEO depuis zéro"

Les commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *